MOUVEMENTS DES ARMEES SUR LES DIFFERENTS FRONTS

EN 1918:

Les Bolcheviks signent la Paix de Brest-Litovsk avec les Allemands en abandonnant la Pologne et les pays de la Baltique.
Débarassé du front russe Ludendorff pense que l'heure de la victoire a sonné: il peut donc retourner toutes ses forces vers l'ouest et appliquer le plan Schlieffen dans des conditions favorables avant que l'armée américaine soit opérationnelle. Il lance des attaques successives pour tenter de séparer les forces anglaises et françaises en Picardie autour de Saint Quentin, La Fère, les Allemands atteignent Montdidier. Foch est chargé de coordonner les efforts des armées alliées. Dans les Flandres l'offensive allemande atteint Béthune, puis en Champagne autour de Laon Ludendorff perce au Chemin deDames vers Dormans et atteint la Marne, Château-Thierry est aux mains des Allemands. L'attaque allemande va s'essouffler car si Soissons tombe les Allemands ne peuvent encercler Reims en occupant la Montagne de Reims. Devant les pertes entraînées par ces combats Ludendorff renonce à poursuivre son effort. C'est l'armée française qui contre-attaque en direction de Fère en Tardenois. L'offensive préparée par Mangin est déclanchée avec l'appui des chars et des avions disponibles l'attaque est lancée vers l'est dans la poche allemande de la Marne. Les Allemands reculent, château-Thierry est repris: c'est la 2° victoire de la Marne qui fait apparaître comme vainqueurs de ces journées Foch, Mangin et Pershing car les américains ont contribué largement au succès obtenus.
L'offensive se poursuit sur l'ensemble du front: prises de Soissons, Bapaume, Cambrai...Les Américains avancent en Argonne, les Anglais libèrent Saint-Quentin.
Les Bulgares sont écrasés par l'armée d'Orient aux ordres de Franchet d'Esperey et demandent l'armistice.
Les Allemands demandent la fin des hostilités: Guillaume II doit abdiquer, les Alliés après discussions se sont mis d'accord sur le fait que les Allemands doivent évacuer la rive gauche du Rhin, ils se présentent le 7 novembre devant les lignes françaises pour demander l'armistice: Foch les reçoit à Compiègne en tant que président de la délégation inter-alliée. Un délai d'acceptation de 3 jours est accordé pendant lequel des combats ponctuels se poursuivent. L'armistice mettant fin à cette guerre entre en vigueur le 11 novembre.    

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×