LA RETRAITE DU 16 ET 17 JUIN 1940

16 Juin

                   Guderian prend Besançon, von Reicheneau avec la VI° Armée allemande franchit la Loir et occupe Orléans.Dijon tombe également. Les Britanniques quittent le sol français pour l'Angleterre.Démission de Paul Reynaud, Pétain est le nouveau Président du Conseil.

II° Armée:

                   La retraite va buter sur le point noir du carrefour de Gironville (nord-est de Commercy) et se transformer en débacle: convergent vers ce point 3 itinéraires venant de la vallée de la Meuse, de Saint Mihiel et de Pont-à-Mousson pour se diriger ensuite sur Toul. C'est par cet itinéraire que doivent passer les équipages de la TPM faisant partie de la DLB et assurant l'arrière garde de la II° Armée. Le 21° CA se replie vers la Meuse sans pouvoir récupérer, les Allemads menacent le flanc ouesr et attaquent sur les arrières.
                    Au sud la 1°DIC
                    La 3° DINA au niveau de Neufchâteau
                    La 36°DI au nord de Neuchâteau
                    La 6° DINA au nord de Vaucouleurs
                    La 6° DIC vers Commercy
                    Les 35° DI, 6° DI, 3° DIC, DLB au niveau de Saint Mihiel
                    Le 21° CA en arrière-garde
La 3° DIC (Gl Falvy) passe sur la rive droite de la Meuse à Saint Mihiel et se retrouve ainsi dans le secteur de la DLB qui se replie: 132° RIF et 136° RIF continuent vers le sud sous la protection du 155° RIF qui se bat en arriére-garde à Lacroix. Pour échapper aux Allemands le 155° RIF retraite vers la forêt d'Apremont. Ces unités seront faites prisonnières le 18 juin dans ce secteur.

III° et V° Armées:

                   Les Corps d'Armées se replient difficilement car les routes sont encombrées par de nombreux réfugiés. Le 42° CA s'arrête sur une ligne de défense face au nord à Toul sur la Moselle puis sur le canal de la Marne au Rhin. Le 6° CA retraite sur l'axe Metz- Nancy certains bataillons des 164 ° RIF et 168° RIF prennent le train en gare de Metz, ils seront débarqués à Epinal- Remiremont. Le 6° CA laisse 2 bataillons du 167° RIF au nord de Nancy face à Liverdun et s'installe au sud de Nancy sur la Moselle et la Meurthe. Le 43° CA quitte le secteur de Bitche et doit rejoindre en 3 étapes pénibles (forêt et montagne) Sarrebourg pour prendre le train en direction de Besançon. Mais à Sarrebourg contre-ordre car la voie ferrée est interrompue à Epinal et les voies obstruées par de nombreux convois. Nouvelles instructions du Gl Bourret: ligne de défense sur le canal de la Marne au Rhin à gauche en liaison avec le 20° CA et à droite les Vosges. Le 20° CA livrera des combats retardataires contre l'adversaire jusqu'au canal de la Marne au Rhin. Le Gl Pretelat prépare son ordre d'opération n°22 qui sera transmis au PC de Condé et Bourret à Gerardmer le 17 juin: il s'agit de lancer une offensive vers le sud pour permettre le repli des armées, c'est trop tard et les unités prévues pour cette opération ne pourront pas être rassemblées.

Barrages sur la Saône:

                  Les Allemands attaquent pour s'emparer du pont de Quitteur où les Polonais doivent se replier, les Allemands progressent avec de l'infanterie et le pont n'est pas détruit car les charges n'ont pas explosées comme prévu, l'artillerie entre en action mais les pièces installées aux vues des Allemands sont trés vite sous les feux adverses et seront prises à revers par des éléments infiltrés ayant passé la Saône sur des canots pneumatiques. Les faibles effectifs placés par Duluc sur la Saône sont attaqués par des forces importantes ils doivent décrocher vers Lure.
Le commandant Eon faisant partie de l'EM de la XIII° Armée prend des initiatives personnelles pour établir la défense de Vesoul, il arrête:
                  Le 29° BCC (Chars du 42° CA qui se bat à Toul) qui retraite vers Besançon pour le mettre à la disposition de Duluc.
                  La 13° batterie du 403° RADCA (Cap Chillaz) arrivée trop tard pour participer à la défense de la Saône.
                  La 15° batterie du 403° RADCA (Cap Douzon) sera aussi dirigée sur Vesoul.
                  Un peloton motocycliste du 5° GRP.
Par ailleurs débarquent à Vesoul 2 bataillons du 23° RIF et 68° RIF bloqués sur la voie ferrée. Eon confie au commandant du 68° RIF (Cdt Blanloeil) le commandement de l'ensemble des unités regroupées à Vesoul. Freydenberg n'est pas intervenu pour essayer de renforcer les unités en position de défense.
                  Le Général Prételat signe l'ordre d'opération n°21 qui constate que l'ennemi a forcé les barrages sur la Saône à Pontailler, Gray, Port d'Atelier, Jussey. Consignes pour les Généraux Bourret et Condé de se couvrir sur la Meurthe, sur la Moselle, résister face au nord, face à l'est......c'est un constat d'encerclement. Nouvelle mission confiée à Freydenberg avec la II° Armée et les forces qu'elle pourra récupérer assurer la défense de Besançon et du Doubs. Il ne fera rien comme déjà constaté sur la Saône
et demande d'être mis en réserve de commandement, refus de Prételat qui lui accorde toutefois de porter son Etat-Major à Arbois à 40 Km au sud de Besançon, le 19 juin il sera dans l'Ardèche pour attendre l'Armistice!

VIII° Armée:

                   En fin de journée le GI Laure modifie les instructions de Duluc: prolonger la défense vers le nord à Luxeuil- Plombières puis si nécessaire organiser les replis de Plombières vers Remiremont, de Fougerolles vers Rupt-sur-Moselle, de Luxeuil vers Faucogney et de Lure vers le Thillot. Il doit être renforcé du 79° RIF (Lt Col Rethoré) en place à Luxeuil et des unités du Lt Col Blanloeil venant de Vesoul. Pour essayer de sauver une partie de son armée le Gl Laure autorise le 45° CA à se replier vers le sud, sont concernés la 67° DI, 2° DI polonaise et la 2° Brigade de Spahis. Suite à cette décision Belfort n'est plus défendu sérieusement. C'est la 63° DI qui doit défendre vers l'est et vers l'ouest la place de Belfort.

17 Juin

                Guderian atteint la frontière suisse: c'est la 29° ID (Gl Langermann) qui entre à Pontarlier. Les Allemands sont à Colmar, Neufbrisach. Les villes du Creusot, Châlons-sur-Saône et Dijon sont occupées. A l'ouest les panzers roulent vers Cherbourg, passent la Loire à Briare, Cosne, Pouilly et atteignent Angers et Saumur sur la Loire. Pétain lance son offre d'armistice et demande aux soldats de cesser le combat. Cette information démobilisatrice se répand rapidement et va provoquer des effets dévastateurs sur les unités polonaises qui n'ont plus qu'un objectif c'est de passer en Suisse pour éviter d'être prisonnier. De Gaulle rejoint Londres pour continuer la lutte, c'est le divorce avec Pétain. L'aile droite du groupement Guderian passe la Saône pour envelopper les armées françaises:
                 A Port-sur-Saône pour la 20° MD vers Vesoul et Luxeuil.
                 A Gray pour la 1° Pz vers Besançon puis en remontant le Doubs vers Montbéliard et Belfort.
                 A Pontailler pour la 2° Pz vers Besançon puis le massif vosgien.
                 A Pontailler pour la 19° MD vers la frontière suisse.

VIII° Armée:

                  Duluc établit une ligne de défense Lure-luxeuil. Vesoul étant défendu par les 23° RIF et 68° RIF, l'avant-garde allemande atteint les faubourgs de Besançon. Le Colonel Blanloeil reçoit l'ordre de se replier sur Lure, il laisse le 68° RIF sans instruction qui sera fait prisonnier, le 23° RIF se replie avec des pertes sévères. L'initiative d'Eon se solde par un désastre les 2 bataillons de forteresse sont décimés sur les 2000 hommes, 300 seulement seront regroupés et tout l'armement est perdu! Duluc organise la défense en 2 sous groupements:
                 Lt-Col Réthoré du 79° RIF avec 2 groupes du 69° RAMF et 2 compagnies de chars des 16° et 29° BCC tient Luxeuil avec retraite en direction du Mont de Fouche si nécessaire.
                 Lt-Col Blanloeil avec les rescapés de Vesoul, 1 groupe du 69° RAMF et 2 compagnies de chars des 19° et 29° BCC tient Lure avec retraite en direction du col des Croix et le Thillot si nécessaire. Le 5° GRP a disparu en route vers la Suisse!
                 La ligne de défense est en place de Lure à Fougerolles, la défection des Polonais ne permettant pas de l'étendre jusqu'à Plombières. Une colonne de la 20° MD en provenance de Vesoul se présente devant Lure où elle est stoppée par les coups de 75.
                 Les forts autour de Belfort sont abandonnés. En soirée les Allemands traversent Montbéliard et se trouvent à 15 minutes de Belfort par le sud alors que la défense est en place vers l'est et l'ouest. Les premiers panzers pénètrent en ville dans la nuit venant de Montbéliard alors qu'une autre colonne est arrêtée à Héricourt par le 22° RIF.

II° Armée:

                La DLB se trouve toujours en arrière-garde et décroche pour se diriger vers Vaucouleurs. La 35° DI a de nombreux disparus et doit traverser la Meuse. Les éléments de la 6° DIC qui traversent la Meuse dans la région de Commercy se retrouve dans le groupement Dubuisson. Sur la Meuse face à l'ouest se trouvent les éléments mis en place par la III° Armée (groupement du Col Miserey et Gl Brusseaux) et des unités du 21° CA (3° DIC et 6° DINA) mais la coordination de ces éléments disparates n'est pas assurée par Flavigny et il y a des trous dans cette ligne de défense.

III° et V°Armée:

Les Allemands sont au contact des défenses surle canal de la Marne au Rhin. Au 20° CA le 146° RIF évacue les rives de la Seille en plein jour sous la mitraille et les Allemands réussissent à créer une tête de pont à Lagarde où le pont est réparable.

POUR ACCEDER DIRECTEMENT AU 18 JUIN

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site